La guerre et les allemands

Pendant la dernière guerre, le château fut occupé (comme beaucoup de propriétés de la région) par les allemands qui en ont fait leur poste de commandement. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la Marquise d’Hugleville de l’époque, (grand-mère de l’actuel Marquis), était très respectée par tous les soldats.

 

Les officiers logeaient dans les pièces principales (les grands salons et les chambres de Maître).

De nombreux soldats, quant à eux, étaient répartis sur les deuxième et troisième étages (12 chambres avec cabinet de toilette, et le grenier sous les toits)

Dans l’une de ces pièces, ont été peintes des fresques représentant des soldats allemands en normandie ainsi que des fresques de leur terre natale. La famille a tenté de retrouver l’artiste auteur de ces fresques… Malheureusement, il était décédé…

Une partie de ces fresques existent encore aujourd’hui. Les actuels propriétaires en sont très fiers.

 

Le blockhaus : Resté intact ,tout comme la piste de V1… Les allemands l’ont errigé pendant la guerre, et compte tenue de sa solidité, celui-ci est resté intact et le restera probablement pendant encore des centaines d’années..

 

 

Vergeltung Waffen 1

ou arme de représailles n°1

Il a la forme caractéristique d’un long cylindre ressemblant à une torpille d’où son surnom de “torpille volante”.

Conception à partir du 27 avril 1942 sous la terminologie suivante: FZG 76 (Flak Ziel Gerat 76) au centre de recherche de Peenemünde

Caractéristiques techniques

Sa longueur est d’environ 8m avec un diamètre de 0,82m dans sa section la plus large. Son envergure est de 5,39m.

Le poids total au lancement est de 2200kg avec 830kg d’explosif et 500 litres d’essence pour la version la plus courante. Le lancement du V1 était assuré par une catapulte mise au point par l’ingénieur Walter.

 

 

 

Dalle « amagnétique » ou Richtbau

 

Elle se situe à environ 100 m de la plate forme de lancement.

C'est une plate-forme en béton. Une construction légère en bois, recouverte d'un filet, cachait à l'époque, le V1. Il reste d’ailleurs des trous de poteaux dans la dalle en béton (non armé). En effet, afin de ne pas dérégler les gyroscopes, il ne fallait pas de fer dans les constructions.

 

La dalle amagnétique remplace le " Richthaus " et se nomme Richtbau.

Le V1 est amené jusqu'au "bâtiment amagnétique"  en suivant une dalle de béton de 20 cm d'épaisseur. L'installation est entièrement en bois et un palan, également en bois, est utilisé pour soulever le missile, qui est ensuite posée sur une rampe. Le demi-cercle, indique les degrés du compas. On oriente le V1 sur sa cible (ici Londres) à l'aide du compas magnétique et du gyroscope. On vérifie tous les dispositifs de navigation et de mise à feu.

Durant la seconde guerre mondiale, près de 700 sites destinés à l’arme V1 furent construits à partir de l’été 1943, de la frontière Belge au Cotentin dans le but de déployer ce précurseur du missile de croisière.

 

Le site de lancement du château d' Hugleville n'a jamais été opérationnel, ni même bombardé par l’aviation alliée a contrario d'autres site en Normandie dont la proximité avec les populations a causé de nombreuses victimes.